L’Otocyon est le seul canidé insectivore du monde. Ce régime lui confère une anatomie particulièrement adaptée. Comme tout bon canidé, la vie familiale est importante et plusieurs femelles peuvent partager un même terrier.

Le nom de l’Otocyon (Otocyon megalotis) signifie Chien à grandes oreilles de Mickey. Du grec ôtos oreille et kunos Chien. Les anglais l’appellent bat-eared fox, le Renard aux oreilles de Chauve-souris. Adeline Lobbes nous en parle dans cet épisode de Baleine Sous Gravillon.

Il existe 2 sous-espèces d’Otocyon. La première, Otocyon megalotis megalotis, se trouve en Afrique australe. La deuxième, Otocyon megalotis virgatus, se trouve en Afrique de l’Est. Ses dents sont plus petites et le pelage plus clair. 

Ils sont protégés au Zimbabwe, mais chassés notamment en Afrique du Sud comme trophées, pour leur fourrure ou parce qu’ils sont perçus comme une menace pour les animaux domestiques. L’UICN ne déclare aucun statut de menace pour cette espèce, malgré des maladies (rage et maladie de Carré) et la sécheresse.

Phylogénie des principaux groupes de canidés, avec les canidés vulpoïdes (Renard roux, Otocyon), les canidés d'Amérique du Sud (Loup à crinière), et les canidés lupoïdes (Loup gris)
Phylogénie des principaux groupes de canidés – par Solène Le Fur

Les Otocyons se trouvent dans des milieux ouverts et arides comme des savanes ou prairies. Ils se cachent des prédateurs dans les hautes herbes.

S’il ne fait pas partie du genre Vulpes comme le Renard roux, l’Otocyon est un canidé vulpoïde (qui ressemble aux Renards). Les canidés vulpoïdes rassemblent par exemple les Renards de l’hémisphère nord et d’Afrique, les Fennecs, les Isatis ou encore les Chiens viverrins.

Les Chacals à chabraque sont leurs principaux prédateurs, mais on compte aussi les Léopards, les Lions, les Lycaons, les Guépards, les Hyènes brunes, les Caracals et même les gros rapaces

Des oreilles qui climatisent et qui détectent sous la terre

Parmi les caractéristiques rares des Otocyons, il y d’abord le fait que les femelles sont légèrement plus grandes que les mâles, contrairement aux autres vulpoïdes, et comme les Hyènes tachetées. Leur queue large et touffue leur sert de gouvernail lorsqu’ils fuient leurs prédateurs en zig-zag.

Mais ce qu’ils ont de plus unique, ce sont leurs oreilles et leur dentition.

Tout d’abord ces grandes “oreilles de Chauve-souris” ont 2 fonctions. Tout comme pour les Éléphants, la vie en milieu aride nécessite de s’adapter. C’est ainsi que les grandes oreilles, avec une importante surface de contact avec l’air, servent de thermorégulateurs, c’est à dire un climatiseur naturel.

Otocyon marchant sur le sable
Otocyon à Amboseli, Kenya – par Louis Beney

Ses oreilles sont aussi de puissantes paraboles servant à détecter. Leurs proies se trouvent sous terre, il est donc très important d’avoir une ouïe fine pour les repérer.

La deuxième adaptation principale de l’Otocyon concerne sa denture. Ils ont en effet 4 paires de molaires en plus que la moyenne des autres canidés. Cependant, ils n’ont pas de dents carnassières, qui sont des molaires et prémolaires modifiées pour déchirer la viande. Elles sont pourtant typiques des carnivores. Par ailleurs, ses dents sont bien plus petites que celles des autres canidés. Leur mâchoire est également adaptée afin de pouvoir mâcher plus vite.

Tout cela dans un seul et unique but: s’adapter à un régime alimentaire si spécial…

L’Otocyon se nourrit surtout… d’insectes

Le Chien oreillard est le seul canidé à se nourrir principalement d’insectes, et plus particulièrement de Termites. Si ces dernières viennent à manquer, il se nourrit d’autres insectes, de Mille-pattes, de Scorpions, de rongeurs, de Lièvres, d’oiseaux, d’œufs, de fruits et parfois de charognes. 

Ils boivent rarement car ils trouvent de quoi s’hydrater dans leurs proies.

Leur période d’activité s’adapte à celui de leur met favori: les Termites. Ils sont diurnes en hiver, et nocturnes le restant de l’année.

Pour se nourrir, le Renard à oreilles de chauve-souris visite les termitières ou suit les essaims de criquets. Il peut également se rapprocher des troupeaux de Zèbres ou d’Antilopes pour se nourrir des insectes qui se posent sur leurs excréments.

En revanche, pour les renardeaux, les parents leurs rapportent principalement des vertébrés (pdf en anglais).

Des canidés plutôt sociaux

Ces renards sont monogames à vie et forment des familles étendues. Les groupes comptent jusqu’à 12 individus, en fonction de la disponibilité des ressources et de la densité de Chacals à chabraque, leurs principaux prédateurs.

La gestation dure 60 jours, et la période de reproduction dépend de la région. Cependant, les petits naissent généralement en fin d’année, pendant la saison des pluies quand les insectes sont abondants.

Plusieurs femelles peuvent partager le même terrier où elles allaitent les petits toutes ensemble. Après 2 semaines de vie, ce sont les mâles qui s’occupent des renardeaux. Les séances de chasse se font d’ailleurs avec tout le groupe pour éviter les prédateurs et mieux exploiter les ressources.

Leur domaine vital s’étend de 2 à 8km², avec superposition entre les groupes. Ils ne sont en effet pas très territoriaux, à l’exception de la population du Serengeti. Ceci probablement à cause du renouvellement des ressources (article en anglais).

Ces animaux sont plutôt silencieux. Ils communiquent rarement par des appels, et aboient uniquement en cas de danger. Ils échangent visuellement en se redressant, ou en utilisant la queue et bien sûr… les oreilles!

Pour aller plus loin:

• Le livre « Canidés du monde« , de José R. Castello, éditions Delachaux Niestlé, 2020
• L’article de Clar, 2005 qui décrit l’Otocyon (en anglais)
• L’article de Malcolm, 1986 sur la socio-écologie de l’Otocyon (en anglais)

Laisser une Réponse