Skip to main content

Photo de couverture, Vautours fauves, par Clément Bessonnet

Il existe 23 espèces de rapaces charognards dans le monde. Beaucoup de mythes et légendes tournent autour de ces rapaces. La science, quant à elle, nous démontre une réalité inattendue entre les Vautours du Nouveau Monde (les Amériques) et ceux de l’Ancien Monde (Europe, Asie et Afrique).

La convergence évolutive chez les Vautours

convergence évolutive
Moro Sphinx ( à gauche) et Colibri (à droite), exemple de convergence évolutive, photos de Jürgen et Georges

En Europe, comme en Amérique, l’équarrissage des carcasses est assuré par des oiseaux planant en cercle dans le ciel, à la tête nue et au bec crochu. Le régime alimentaire identique a permis une sélection de caractéristiques communes chez des animaux pourtant séparés par des milliers de kilomètres d’océan. Sur la base de ces ressemblances, ces oiseaux du Nouveau Monde furent nommés “Vautours” comme ceux de l’Ancien Monde. Pourtant les études génétiques montrent que nous avons affaire à deux groupes distincts. Lorsque des points communs apparaissent chez des espèces très différentes, on parle de convergence évolutive, comme les ailes des Ptérosaures, des Oiseaux et des Chauves-souris ; ou l’aspect rampant et gluant chez les Nudibranches et les Limaces.

fovéa
schéma de l’œil de l’être humain

Les Vautours d’Europe, d’Asie ou d’Afrique font partie de l’ordre des Accipitriformes comme les Aigles, de 2 sous-famille : les Aegypiinae et les Gypaetinae. Ils ont la particularité de posséder une vue beaucoup plus développée que leurs congénères d’Amérique. Avec cet atout, ils peuvent voler à 3500 mètres d’altitude et repérer une charogne de 30 cm à terre. Il arrive d’en apercevoir depuis le hublot d’un avion. En 1973, un Vautour de Rüppel, Gyps rueppelli, a été percuté par un avion au-dessus de la ville d’Abidjan à une altitude de 11 300 m. Les Vautours possèdent 2 fovéas contrairement à l’être humain qui n’en possède qu’une seule. Cela permet donc une meilleure perception et netteté de la cible. 

Vautours orifices nasaux mythes ou réalité
Distinction des orifices nasaux chez le Vautour fauve et l’Urubu à tête rouge, de Guillaume Lassalle

Les Vautours d’Amérique font partie de l’ordre des Cathartiformes. Ils sont plus proches génétiquement du Martin-pêcheur que des Vautours des autres continents. Les Vautours du nouveau monde ne possèdent aucune séparation entre leurs orifices nasaux, ce qui améliore la performance sensorielle de l’odorat, contrairement à ceux de l’ancien monde. C’est grâce à ce sens que les Vautours vont repérer les charognes. Certains ont un odorat peu développé tels que le Vautour pape, Sarcoramphus papa, ou l’Urubu noir, Coragups atratus. Ils observent alors la présence d’autres Vautours plus sensibles aux odeurs, pour les suivre et partager le même cadavre.

Tué par inadvertance

Nous devons faire face à une dure réalité : l’être humain est l’un des premiers “prédateur” des Vautours avec le Grand corbeau, le Grand duc et différents Aigles (attaque au nid) et les Loups, Lions et Hyènes (attaque au sol). Certains chasseurs considérants être en compétitions avec les Loups, les Renards et les Aigles, empoisonnent des carcasses afin de tuer “en douce” leurs rivaux. Cette méthode (illégale) fait bien sûr des victimes collatérales.

L’empoisonnement peut également provenir de la médecine donnée au bétail qui est, par la suite, fatale pour certains Vautours. C’est le cas des Vautours en Indes. Le bétail est traité au Diclofenac (analgésique anti-inflammatoire) par les services vétérinaires. Malheureusement, 1 microgramme de ce médicament peut causer la mort de plusieurs Vautours. Cela leur provoque des insuffisances rénales et des maladies aviaires (comme la goutte viscérale). En Inde et au Pakistan, la population a chuté de plus 90% en 10 ans à cause de ce traitement.

Les structures telles que les éoliennes ou les câbles électriques entraînent des collisions mortelles pour les Vautours. Un Gypaète barbu adulte, Gypaetus barbatus, a été électrocuté sur des câbles de hautes tensions en Savoie en 2017. Jeune parent, son poussin a été pris en charge. Un second cas d’un jeune Gypaète, nommé Roc, a été retrouvé au Pays-Bas percuté par une éolienne après deux ans seulement de réintroduction. Ce n’est malheureusement pas la première fois que cela arrive.

Vautours équarrissage mythes ou réalité
Curée en Afrique, par Antony Trivet

Avec l’amélioration des techniques d’élevage, les Vautours sont en manque de nourriture. Des effets indésirables finissent par apparaître sur les individus juvéniles qui souffrent de malnutrition. Le Vautour chassefiente, Gyps coprotheres, qui se nourrit de la chair en décomposition mais également d’ossement, souffre de maladie osseuse ou de malformation du squelette par manque de calcium. Afin de garder des populations de Vautours ou d’assurer la fixation de lâchers suite à des réintroductions, certains pays comme l’Espagne et la France ont mis en place un programme d’équarrissage naturel. En France, ce programme est géré par la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) et le Parc naturel national des Cévennes. Il consiste à la mise en place de zones d’équarrissage, par le dépôt de bétails morts et sains (sans poisons), en collaboration avec les agriculteurs locaux. Ce procédé existe dans plusieurs départements de France.

Les mythologies des Vautours

Au-delà de la réalité, les Vautours avaient une place très importante dans les mythes de plusieurs civilisations que ce soit du Nouveau ou de l’Ancien Monde. Contrairement à ce que l’on peut penser, l’image de ces rapaces était très positive.

Tels les Corvidés dans la culture nordique et celtique, les Vautours avaient des dons de présages dans la mythologie gréco-romaine. Cet oiseau divinatoire était consacré au dieu Apollon. Remus et Romulus, les bâtisseurs de Rome, cherchaient où construire la future ville de Rome. Ils ont fait appel à la prévoyance, et ont observé respectivement 12 et 6 Vautours sur le Palatin et l’Aventin. Cela indiquait le lieu où serait bâti Rome.

Vautours égyptiens mythes et réalité
Déesse Mout et Nechbet, les déesses mère de l’Egypte ancienne, de Loretta Rossiter

Dans les civilisations maya, bambaras (en Afrique Noire), égyptienne et pueblos (Sud-Ouest des Etats-Unis), les Vautours étaient symboles de mort et de renouveau. Chez les Mayas, le Vautour était la divinité de l’abondance. Après la mort, il est régénérateur des forces vitales. Suite à la saison sèche, ce sont les Vautours qui régissent les orages et les pluies abondantes. Chez les Bambaras, c’est le symbole de la renaissance. Il a triomphé de la mort terrestre et a le pouvoir de transformer la pourriture en “or philosophal”. Le Vautour est symbole de richesse vitale, matérielle et spirituelle. En Egypte, la déesse funéraire Isis est la régénératrice dans l’au-delà. Elle a le pouvoir de la résurrection des âmes. La déesse est symbolisée par des cornes de vache sur sa tête ainsi que des ailes de Vautour sur les côtés de sa coiffe ou directement greffées à son corps lui permettant de voler. Nous retrouvons le “Vautour” dans les hiéroglyphes, symbolisant la “mère” et le “courage”. Pour les Pueblos, le Vautour vénéré est l’Urubu à tête rouge, Cathartes aura, que nous retrouvons dans certains de leur rituel de métamorphose. Il permet de chasser le mal, de décharger la magie noire des objets et de ressusciter les guerriers morts au combat.

Vautour mythes ou réalité : Yawar fiesta
Yawar Fiesta, de Anne-France Bâche

Dans la civilisation Inca, le Vautour est souvent représenté avec le Puma et le Serpent. A eux trois, ils symbolisent la communication entre le monde supérieur et le monde souterrain. Dans les villages du Pérou, la fête du sang “Yawar Fiesta” est toujours célébrée avec le Condor des Andes, Vultur gryphus, afin de reconstituer l’événement de l’arrivée des colons espagnols. Cela consiste à capturer un Condor des Andes en l’appâtant avec des carcasses de bétail, puis de lui attacher les pattes au dos d’un taureau incarnant les colons espagnols. Les deux animaux se battent, le Condor se défend de toutes ses forces. Si le Vautour survit à ce combat, ce qui est généralement le cas, il est relâché et vénéré comme “Apu Kuntur”, le Condor sacré.

_______

Pour écouter les podcasts sur les Vautours

  • NOMEN S03E22 : Du Condor des Andes au Palmiste végétarien, 23 espèces très différentes.

La série d’épisodes sur les rapaces avec Jean Andrieux (écologue)

  • BSG S02E105 : Les rapaces 3/10 : Les Vautours, survol des bases
  • BSG S02E106 : Les rapaces 4/10 : Les Vautours français et européens
  • BSG S02E107 : Les rapaces 5/10 : Les Vautours d’Afrique et d’Asie
  • BSG S02E108 : Les rapaces 6/10 : Les Vautours du Nouveau Monde

Les épisodes avec Antoine Adam (écologue, auteur du livre : Le Vautour fauve (Delachaux et Niestlé 2022)

  • BSG S04E38 : Vautours européens 1/5 : Cultures, mythes, imageries
  • BSG S04E39 : Vautours européens 2/5 : Evolution, vision, digestion
  • BSG S04E40 : Vautours européens 3/5 : Nidification, sociabilité, curée
  • BSG S04E41 : Vautours européens 4/5 : Mortalité naturelle, poison et braconnage
  • BSG S04E42 : Vautours européens 5/5 : Câbles, éoliennes et autres causes de mortalité

_______

Bibliographie

Laissez un commentaire