Le nom Renard vient de Renart le goupil, héros du Roman de Renart, un ensemble de textes à auteurs multiples remontant au 12e siècle et très populaire au Moyen-Âge. Auparavant, le renard était désigné par goupil.

C’est un de ces rares cas où un nom d’animal a été remplacé par un nom de personnage. Victor Hugo a réussi une prouesse équivalente avec pieuvre qui a remplacé poulpe dans l’usage, depuis les Travailleurs de la Mer (1866).

Renard a été graphié Renart jusqu’au milieu du 16e siècle. Le nom propre est tiré d’un anthroponyme francique Raǥinhard, composé des éléments raǥin « conseil » et hard « dur », « fort ». Il a pour équivalent le prénom allemand Reinhart.

Le terme goupil est une variante du bas latin vulpiculus « petit renard » (qui a donné l’espagnol ancien vulpeja), et l’italien moderne volpe.

En espagnol, vulpeja a été remplacé par zorro, du verbe zorrar « se traîner », une allusion à la démarche du renard, et non à son astuce. Et c’est ainsi que Zorro est arrivé…

Photo : Thomas PRAT

Sa queue a inspiré les anglo-saxons

Dans les langues germaniques (angl. fox, all. Fuchs, néerl. vos), sa belle queue a sans doute présidé à sa nomination. Fox et Fuchs remontent à la racine indo-européenne puk, la «queue».

On connaît plusieurs espèces de renards. Seuls trois figurent dans les dictionnaires français usuels : le renard commun, ou renard roux, le fennec ou renard des sables et l’isatis ou renard bleu, également appelé renard polaire.

Ces exemples montrent qu’il existe pour chacun une forme motivée évidente: renard des sables, renard bleu (ou polaire), et une forme moins claire: fennec et isatis.

Si fennec évoque le désert en arabe, isatis, en grec, isatis désigne le pastel, une plante dont les fleurs produisent un colorant bleu. C’est donc par métonymie que ce terme, isatis, est devenu un autre nom du renard bleu (dont la fourrure est gris bleu).

Le renard et les aurores boréales

Au chapitre poésie pure, notez qu’en finlandais, les aurores boréales se disent revontulet, queues de renard (du finlandais (très) ancien repo, renard – le finlandais moderne l’appelle kettu) Selon la légende, les aurores boréales naîtraient des cristaux de glace balayés par la queue d’un renard mythique.

En japonais, le renard se dit kitsune, qui est aussi le nom d’un personnage du folklore (un renard arborant parfois plusieurs queues) capable de se transformer en humain. Comme en France avec le Roman de Renart, Kitsune est particulièrement malin, dans les 2 sens du terme : débrouillard, mais avec aussi une forme de malice un peu mauvaise, puisqu’il se déguise en humain pour tromper les hommes).

Ces belles histoires sont racontées dans Nomen, le petit frère de BSG, dédié à l’origine des noms du vivant.

Un podcast court (<10 minutes), présenté par Marc Mortelmans, enregistré avec Pierre Avenas, l’auteur, avec Henriette Walter, de L’Étonnante Histoire des noms des mammifères: De la Musaraigne étrusque à la Baleine bleue, 2003-réédition à jour 2018, Robert Laffont).

Nomen débutera à la rentrée, chaque lundi à partir du 30 août. Mais vous pouvez y écouter l’épisode Renard dès maintenant et partager si vous aimez.

NB: Nous cherchons un partenaire (édition, culture…) pour ce nouveau podcast.

Suivez BSG sur :

📸https://bit.ly/Insta_BSG

 🐏https://bit.ly/Facebook_BSG

 🐋https://baleinesousgravillon.com/

🎵 Écouter, partager Nomen :

https://bit.ly/smartlink_NOMEN

💘 Nous soutenir :

http://bit.ly/Helloasso_BSG

Photo: ASPAS et Thomas PRAT

Laisser une Réponse