Cette interview de Paul Watson, le mythique fondateur de Sea Shepherd a été réalisé en anglais pour le podcast Demain n’attend pas, et rediffusé dans Baleine sous Gravillon. Nous proposons ici la retranscription complète en français. Voici la 4e partie de l’entretien consacrée aux bateaux et aux bénévoles de Sea Shepherd.

Delphine Darmon : Combien de bateaux avez-vous actuellement en mer ?

vaquita cetace dans filet
Vaquita, le cétacé le plus menacé du monde il en resterait… une dizaine !!!

Paul Watson : Il y en a 14 en ce moment (NDLR : été 2022), et nous en avons deux qui opèrent au large de l’Afrique. Il y en a trois en Méditerranée. L’un d’eux se consacre à la protection du Phoque moine de Méditerranée. Deux autres s’attaquent aux opérations de pêche illégale. Nous en avons un en Mer Baltique, un qui stationne dans les eaux australiennes pour pouvoir partir directement de là-bas et opérer dans cette région du globe. Nous en avons quatre dans les eaux mexicaines. Je crois d’ailleurs que sans nos interventions au Mexique en collaboration avec le gouvernement mexicain depuis 2015, la Vaquita, le cétacé le plus menacé au monde, serait aujourd’hui éteint. Nous avons confisqué là-bas 150 km de filets illégaux, c’est une campagne vraiment efficace.

Delphine Darmon : Paul, d’une certaine manière, Sea Shepherd est une ONG très particulière, et les bénévoles qui travaillent avec vous se mettent vraiment en danger. Pouvez-vous nous en dire plus sur les volontaires, qui sont-ils, quels profils recherchez-vous, et comment ces profils ont évolué au fil du temps ?

steve irwin bateau sea shepherd
Le Steve Irwin

Paul Watson : Ce dont je suis le plus fier, c’est que l’organisation que j’ai créée est aujourd’hui devenue un mouvement mondial. Et c’est un avantage, parce qu’on peut toujours arrêter un individu ou une organisation, mais pas un mouvement. Un mouvement est plus grand qu’une personne ou qu’une organisation. Notre mouvement, Sea Shepherd Global, c’est en fait une sorte de parapluie pour toutes les différentes entités nationales : France, Allemagne, Italie, Nouvelle-Zélande, Australie, etc.

Toutes ces entités sont gérées par des personnes originaires des ces pays, qui non seulement contribuent aux opérations mondiales des navires, mais lancent également leurs propres campagnes nationales, allant de la protection des tortues de mer sur les plages, à la collecte des débris marins ou des filets fantômes dans l’océan. Chaque pays organise donc ses propres campagnes. Je ne sais pas combien de personnes y participent en tout, et je ne suis même pas au courant de toutes les campagnes, car elles sont très nombreuses. Ce qui est bien, c’est que je n’ai pas besoin de savoir, et que je n’ai pas besoin d’être impliqué ! Je n’ai pas à contrôler quoi que ce soit ! Dans un mouvement, il n’y a pas qu’une seule personne qui contrôle, ce n’est pas nécessaire. Donc ça marche parfaitement bien !

Pour moi, la passion doit aussi être accompagnée de deux autres vertus très importantes : le courage et l’imagination. Et ce sont ces trois choses réunies qui peuvent changer le monde.

paul watson devant bateau sam simon sea shepherd
Le sam Simon, don de l’inventeur des Simpson.

Enfin, bien évidemment, nous avons toujours des problèmes ici et là, mais ils sont facilement résolus. Je pense donc que c’est ce qui rend Sea Shepherd vraiment unique par rapport à n’importe quelle autre organisation, c’est que justement, ce n’est pas une organisation. Ce qui la rend unique, c’est que nous attirons des gens du monde entier qui souhaitent s’impliquer.

Actuellement, je dirais qu’il y a environ 250 membres d’équipage dans plus de 25 pays sur nos navires. Ces bénévoles viennent vraiment de tous les pays, et travaillent ensemble pour une cause commune. 

Avant, lorsque des personnes souhaitaient rejoindre l’équipage, je leur demandais s’ils étaient prêts à risquer leur vie pour protéger une baleine. Et s’ils répondaient non, alors ils n’étaient pas sélectionnés. Cela nous a valu pas mal de critiques : “Comment pouvez-vous demander à un jeune de risquer sa vie pour protéger une baleine ?” Et je ne comprends pas vraiment la question, parce que nous demandons tout le temps aux jeunes non seulement de risquer leur vie, mais aussi de donner leur vie pour des guerres immobilières, pour des puits de pétrole, pour le nationalisme etc…et cela ne choque personne !

bateau ady gil naufrage
Être prêt à risquer sa vie pour une baleine, ici l’Ady Gil, volontairement éperonné en 2010 par les baleiniers japonais du Shonan Maru. les 6 membres d’équipage furent sauvés.

Nous prenons beaucoup de précautions pour assurer la sécurité de nos bénévoles, mais ce que je recherche vraiment chez un membre d’équipage, c’est la passion. Pour moi, la passion doit aussi être accompagnée de deux autres vertus très importantes : le courage et l’imagination. Et ce sont ces trois choses réunies qui peuvent changer le monde.

J’essaye aussi d’inculquer à chaque membre d’équipage qu’ils ont chacun le pouvoir d’apporter des changements significatifs. Une seule personne peut changer le monde! Et je vois de plus en plus de gens, surtout des jeunes, qui ne se découragent pas face à l’adversité et aux critiques. Greta Thunberg est l’exemple parfait de ce qu’une jeune personne peut faire pour attirer l’attention, pour faire passer le message.

Grâce à Diane Fossey, nous avons encore des gorilles de montagne au Rwanda. Grâce à David Wingate, nous avons toujours des Pétrels des Bermudes! (NDLR : Le Pétrel des Bermudes (Pterodroma cahow) est un oiseau de mer nocturne, emblème national des Bermudes devenu symbole d’espoir pour la conservation de la nature. En 1951, la découverte de dix-huit couples nicheurs en a fait un taxon lazare, c’est-à-dire une espèce que l’on a cru éteinte mais que l’on retrouve vivante. L’espèce n’avait pas été vue depuis plus de 300 ans. David Balcombe Wingate, un jeune bermudien âgé de 15 ans, se trouvait avec un ornithologue et un naturaliste lors de cette découverte, et il a ensuite dédié sa vie à la conservation de cette espèce.)

Une seule personne peut faire toute la différence. Et je suis vraiment très heureux quand des bénévoles quittent Sea Shepherd pour créer leurs propres groupes. Cela va de la protection des réfugiés en Méditerranée, à la lutte pour les droits des animaux. Par exemple, l’organisation PETA a été fondée par l’un de mes anciens membres d’équipage ! (NDLR : Alex Pacheco)

(à suivre …)

_______

L’intégrale de l’interview de Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd en 7 épisodes  :

_______

Pour écouter les épisodes de l’interview de Paul Watson, en anglais :

_______

Pour écouter les épisodes de BSG avec Lamya Essemlali :

_______

Pour en savoir plus sur la démission/éviction de Paul Watson de Sea Shepherd États-Unis, voici la lettre qu’il a publiée sur le site de Sea Shepherd France.

_______

Pour écouter ou voir la dédicace que Paul Watson a fait à Baleine sous Gravillon : 

_______

Pour découvrir “Demain n’attend pas”, de l’amie Delphine Darmon :

Un mardi sur deux, DEMAIN N’ATTEND PAS vous propose de découvrir des hommes et des femmes qui se donnent pour mission de changer le monde, comme Combats, c’est bien normal qu’on soit copains avec Delphine Darmon, l’hôte de DNP.

_______

banniere baleine sous gravillon

Laisser une Réponse