Vous vous souvenez du vieux singe Rafiki dans le Roi Lion ? Il s’agit d’un Mandrill (Mandrillus sphinx). En swahili, Rafiki signifie « Ami ». Les Mandrills mâles arborent une impressionnante palette de couleurs sur leur nez et leurs fesses, un bel exemple de caractère sexuel secondaire.

Le nom Mandrill vient de l’anglais « Man » (homme) et « Drill » (espèce proche du Mandrill et du babouin). Les Mandrills appartiennent à la famille des Cercopithecidés avec le Drill (Mandrillus leucophaeus) et les Babouins. En grec, Cercopithecidé signifie « singe à queue », même si dans ce cas, les Mandrills ne possèdent qu’une petite queue.

profil crane mandrill
©Stefan Schweihofer

Ce sont des primates de l’Ancien Monde. Ils ont les narines rapprochées et une queue non préhensile, contrairement aux espèces du Nouveau Monde comme les Singes-araignées, les Tamarins, les Ouistitis et les Singes-hurleurs

La Mandrill fait aussi partie des singes cynocéphales. Ce mot désigne plusieurs espèces de primates d’Afrique centrale et orientale comme les Babouins et les Drills. Ce qualificatif définit des espèces possédant un museau allongé comme celui d’un chien (le cyno de cynocéphale vient du grec kuné et képhjalé tête). Ce museau leur donne des traits très différents des Chimpanzés ou des Orangs-Outans. 

carte afrique centrale présence mandrills
©Chermundy

Les Mandrills vivent dans les forêts primaires humides du Gabon, de la RDC (République Démocratique du Congo), du Cameroun et de la Guinée Équatoriale (carte). Ils sont omnivores, avec une préférence à 90 % pour les fruits et les graines. Le reste est composé de fourmis, araignées, escargots, grenouilles, petits rongeurs, œufs et oisillons. 

Sur l’année, les mandrills sont de grands voyageurs se déplaçant sur une zone de 50 km2. Ils cherchent leur nourriture en sous-groupes et finissent par épuiser les ressources d’une zone. Ils déménagent ensuite vers des endroits plus abondants en nourriture et plus propices pour la survie du groupe. Ce sont des primates semi-terrestres : ils dorment dans les arbres et se déplacent au sol. Quand ils montent pour dormir, ils ne font pas de nids, contrairement aux Chimpanzés et aux Gorilles

Victime de la déforestation et du braconnage pour sa viande ou utilisé comme animal de compagnie, le mandrill est menacé d’extinction et classé vulnérable sur la liste rouge de l’UICN. 

50 nuances de Mandrills

museau mandrill

Les Mandrills sont célèbres pour leur museau bariolé. Ce sont de fait des caractères sexuels secondaires, dans ce cas très prononcés. Pour rappel, les caractères sexuels primaires sont les organes sexuels.

Les caractères sexuels secondaires en revanche sont les traits physiques non liés au genitalia qui distinguent les mâles des femelles (taille, pilosité, couleur…).

male mandrill gueule ouverte
©Lucie Marchais

Chez les Mandrills, le dimorphisme sexuel est très prononcé (contrairement à certains Lémuriens comme le Propithèque de Verreaux), les mâles sont beaucoup plus gros et grands que les femelles. Les mâles font 81 cm pour 50 kg, contre 58 cm pour 20 kg pour les femelles. Les mâles Mandrills ont une mâchoire aussi puissante que celle du Léopard, un de ses principaux prédateurs. Cette mâchoire est garnie de canines… de 6 cm. 

Fun fact : les mâles n’ont pas que les fesses et la tête colorés… Leurs testicules bleus aussi, comme plusieurs espèces de Cercopithèques (le Rhinopithèque de roxellane, le Singe Vervet, le Patas, le Cercopithèque à queue de soleil…).

Chez les mâles Mandrills, ces colorations sont corrélées avec la production de testostérone pour obtenir un meilleur succès reproducteur. La coloration du mâle est donc plus intense lorsqu’il est dominant et qu’il possède un meilleur accès aux femelles.

groupe femelles mandrills
Groupe de femelles en semi-liberté dans un centre au Gabon
©Lucie Marchais

C’est une espèce grégaire dont l’organisation sociale est l’une des plus variables des primates des forêts humides. Ils peuvent constituer des groupes de 15 à plus de 250 individus. Les grands groupes seraient divisés en sous-groupes et constitués de plusieurs mâles et plusieurs femelles.

Ce type d’organisation appelée multi-mâles/multi-femelles permet un meilleur accès alimentaire, un protection plus facile contre les prédateurs, mais surtout une reproduction plus facile.

Cependant, cette organisation favorise les compétitions pour la reproduction et de nombreux combats. Les Macaques, les Colobes de l’Ancien Monde et d’autres espèces de primates du Nouveau Monde sont sous cette organisation sociale.

Les Mandrills sont polygynes : tous les mâles ont accès aux femelles même si le mâle le plus dominant possèdera des avantages. Ils se reproduisent pendant la saison sèche de juin à septembre.

La puberté intervient de 4 à 10 ans chez les mâles contre 3-4 ans pour les femelles. Cette différence d’âge de puberté existe car les mâles quittent leur groupe natal pour en trouver un nouveau contrairement aux femelles qui restent dans leur groupe. 

Le Mandrill, un primate « female power »

trois femelles mandrills avec petit pendant epouillage
Trois soeurs et un bébé en session d’épouillage.
©Lucie Marchais

Chez les Mandrills, les Géladas ou encore les Babouins Jaunes, la dominance est suivie selon des lignées matrilinéaires stables. Kézako ? C’est un système de filiation où la descendance hérite des privilèges de la mère. 

Cette matriligne assure à la descendance un meilleur rang, un meilleur accès à l’alimentation, une meilleure reproduction, une meilleure survie des jeunes. Cette hiérarchie octroie une place centrale aux femelles et permet une solide cohésion de groupe.

En grandissant, les mâles suivent une hiérarchie linéaire, mais ne possèdent pas d’affiliations entre eux. C’est exactement le contraire chez les femelles, qui sont organisées en hiérarchie matrilinéaire, c’est-à-dire qu’elles sont parentes. Cette hiérarchie est nécessaire puisque les femelles restent dans leur groupe natal tandis qu’à maturité sexuelle, les jeunes mâles quant à eux se dispersent pour s’intégrer à un nouveau groupe.

femelle mandrill avec son petit
©Lucie Marchais

Chez les mâles, comme nous l’avons évoqué, il existe un lien entre le succès reproducteur et le rang hiérarchique. Plus un mâle est dominant, plus il est « bourreau des cœurs ». 

Ce lien n’est pas évident chez les femelles, il est pourtant bien présent. Plus une femelle sera dominante, plus elle aura de bébés.

Ainsi, plus ils sont dominants, plus ils vivront heureux et plus ils auront d’enfants.

Dans le Roi Lion, le sage Rafiki est gentil et aimant, mais la réalité est moins idyllique : ils sont souvent bagarreurs et parfois cruels. Dans Jumanji : Next Level, un groupe de Mandrills dangereux poursuit les personnages principaux. Dans les comics, le Mandrill est un super-vilain. Il possède la force du Gorille, l’agilité du Gibbon, et l’intelligence du Chimpanzé. Ce super-vilain est en plus très doué au corps à corps. Last but not least, il sécrète également des phéromones qui attirent et assujettissent les femmes.

_______

Pour écouter les épisodes sur les animaux d’Afrique :

Pour écouter les épisodes sur la Bête en nous avec Jessica Serra

_______

banniere baleine sous gravillon

Laisser une Réponse