Bonne nouvelle résultant de plusieurs mauvaises : les populations de céphalopodes (poulpes, seiches et calmars) explosent depuis 60 ans. Comment expliquer ce boom ?

deux calmars sous eau
Calmar ou Calamar ?

Les céphalopodes ont une croissance rapide, une espérance de vie courte et sont très adaptables, le trio gagnant.

Le réchauffement climatique les favorise.

Des températures marines élevées peuvent accélérer les cycles de vie des céphalopodes, et donc accroître leurs effectifs — à condition que l’amplitude thermique optimale de l’espèce ne soit pas dépassée et que les ressources en proie soient suffisantes.

Les Céphalopodes bénéficient de la surpêche…

La physiologie des céphalopodes leur permet de s’adapter plus rapidement que d’autres espèces marines, notamment en réponse à la surpêche qui diminue les populations de poissons. Au passage, s’il vous plaît, arrêtons de parler de « stocks » à propos d’êtres vivants, ça vous ferait quoi d’être désigné comme un objet marchandisé réduit à une valeur et à une utilité ?

Bref, ces tentaculaires à 8 ou 10 bras occupent les niches et espaces laissés vides par la surpêche.

L’épuisement mondial des populations de poissons, dû à la surpêche, diminuerait la prédation sur les céphalopodes et réduirait aussi d’autant la compétition pour les ressources en proies.

…et de l’acidification des océans due à l’excès de CO2

seiche fond marins
Seiche

D’autres facteurs environnementaux, comme l’acidification des océans résultant de l’excès de CO2 dans l’atmosphère les favoriserait aussi. Cette acidification « ronge » les coquilles et autres éléments en calcaire des animaux (plancton, corail, crustacés…).

Pour les chercheurs, la profusion de ces prédateurs voraces pourrait impacter les populations de leurs proies que sont des poissons et des invertébrés marins. Mais un accroissement des populations de céphalopodes peut aussi profiter à leurs prédateurs… dont l’homme.

En conséquence de la baisse des populations de poissons, les pêcheries se tournent dorénavant de plus en plus vers cette manne. Attention à ce que cette énième ruée opportuniste vers l’or ne flingue pas non plus les céphalopodes… !

_______

Pour écouter le cycle dédié aux espèces de Poulpes les plus incroyables dans Petit Poisson deviendra Podcast :

Pour écouter les épisodes céphalopodes de Baleine sous Gravillon :

banniere baleine sous gravillon

Laisser une Réponse