Le trafic d’anguille est plus lucratif que la drogue, la traite des humains et les armes. Voici les infos les dates et les chiffres pour bien piger l’ampleur de ce trafic peu médiatisé.

Le juvénile de l’Anguille, la civelle, ou pibale, naît dans l’océan, la mer des Sargasses, et revient vivre dans les rivières.

Le trafic d’Anguille est plus lucratif que la drogue, la traite des humains et les armes. Quelques chiffres pour bien piger l’ampleur de ce trafic peu médiatisé.

La diminution des populations d’Anguille japonaise, l’espèce répartie à travers l’Asie de l’Est, a obligé l’aquaculture asiatique à importer des civelles européennes et américaines. Pourquoi?

Car l’Anguille, espèce amphihaline par excellence, se reproduit dans la mer des Sargasses, dans l’océan, en eau salée. les juvéniles (civelles) toutes transparentes remontent ensuite les rivières (eau douce) pour devenir adultes avant de recommencer un nouveau cycle. L’inverse du saumon et de ses smolts (juvéniles) en gros.

L’Anguille ne peut pas produire d’œufs et encore moins de civelles en captivité. Les Asiatiques sont très friands d’Anguilles. Logiquement, un énorme braconnage s’est donc mis en place.

La valeur d’une seule civelle est multipliée par 100 entre l’Europe et l’Asie

En Asie, l’Anguille vaut de l’or… 99% proviennent de l’aquaculture… qui utilise des civelles européennes.

Un pêcheur européen touche environ 0,10 € par civelle. Arrivées à Hong Kong, chacune vaut 1 €. Après avoir été mise en aquaculture pendant un an en aquaculture chinoise, notre anguille vaut à présent 10 €. C’est du x100 !!!

Vous venez de comprendre comment ce trafic de civelles générerait près de 3 milliards d’euros.

En 2007, l’espèce européenne est inscrite à l’annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (Cites), indiquant que son commerce doit être réglementé pour éviter une exploitation menaçant sa survie.

En 2010,l’UE a interdit toute exportation de civelles hors de ses frontières. Le braconnage bat son plein.

Selon l’ONG Sustainable Eel Group (SEG), 23 % des civelles européennes sont exportées illégalement chaque année vers l’Asie, principalement vers la Chine.

Découvrez tout l’univers de BSG :

Laisser une Réponse