Photo principale: Thomas Mørch

Il y a quatre espèces de lynx dans le monde, toutes dans l’hémisphère Nord. Deux vivent dans le Nouveau Monde, en Amérique du Nord: le lynx du Canada (ou lynx bleu) et le lynx roux (bobcat en anglais). Les deux autres espèces vivent dans l’Ancien Monde: le lynx boréal (ou lynx d’Europe) et le lynx ibérique (ou lynx pardelle).

Le lynx du Canada

Non non ces paluches n’ont pas été retouchées!!

D’abord, et pour honorer les lecteurs canadiens de Baleine sous Gravillon, commençons par la plus poilue, dont la fourrure la fait paraître bien plus grosse qu’elle n’est en réalité.

C’est le lynx du Canada, lynx bleu ou encore lynx polaire (Lynx canadensis). Ce matou des neiges de 8 à 13 kg est parfaitement adapté aux grands froids avec ses pattes énormes qui lui servent de raquettes. Grâce à elles, il ne s’enfonce pas dans la neige, c’est le mieux équipé de la famille en la matière!

Le Lynx du Canada peut être confondu avec le Lynx roux (Lynx rufus) qui partage une partie de son aire de répartition. Le Lynx roux a des pattes plus courtes et moins larges, sans poil sur les coussinets. La touffe de poils (le pinceau) qui surmonte ses oreilles est beaucoup plus petite que celle du Lynx du Canada. Sa queue est en revanche plus longue et son extrémité est claire sur le dessous tandis que celle du Lynx du Canada est complètement noire à son extrémité (le manchon).

Les deux espèces peuvent s’hybrider à l’état sauvage et engendrent un… «Blynx» ou un «Lynxcat», contraction de «Bobcat » désignant le Lynx roux et de «Lynx» désignant le Lynx du Canada.

Il arrive que la femelle et ses jeunes chassent en paire, pour prendre leurs proies « en tenaille ». Ils se mettent en ligne, sur une prairie ouverte, ne laissant aux lièvres aucun moyen de s’échapper. Les petits apprennent ainsi à chasser très tôt. On observe un lien fort et cyclique entre le nombre de lièvres d’Amérique (Lepus americanus) et le nombre de lynx du Canada. Quand la population de lièvres d’Amérique augmente, la population de lynx du Canada augmente aussi.

Il en consomme en moyenne 170 a 200 par an. Le régime alimentaire du Lynx du Canada s’adapte en fonction des saisons. En été, lorsque le lièvre devient rare, le lynx se nourrit de petits rongeurs et d’oiseaux, comme chez les autres espèces de lynx. Gilles Moyne, dans les épisodes de BSG dédiés au lynx, a constaté la même adaptabilité chez le lynx boréal, qui se tourne vers les campagnols lorsque les chevreuils se font rares.

Au Canada, le lynx n’est pas considéré comme une espèce en péril, sauf au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse, où son statut inquiète. Aux États-Unis (Alaska surtout), il est classé comme espèce menacée (threatened) selon l’Endangered Species Act.

Le lynx roux

Le bobcat tire son nom de la contraction de « bobtail cat »: chat à queue courte. Photo: Vachovec1

Ensuite, toujours en Amérique du Nord, il y a le lynx roux ou bai, c’est-à-dire gris-roux (lynx Rufus, Rufus signifiant rouge en latin).

Son nom américain est le bobcat, abréviation de « bobtail cat »: chat à queue courte. Au passage, le bobcat a donné son nom et sa frimousse à une marque de matériel agricole, avec une tête de méchant lynx pour emblème.

Plutôt petit, son poids à l’âge adulte ne dépasse pas les 13 kg. Comme ses cousins, le lynx roux est un animal territorial. Il marque son territoire avec des jets d’urines et des fèces. Le territoire des mâles est plus grand que celui des femelles et se superpose partiellement aux leurs, ce qui est pratique pour les accouplements.

Le lynx roux (Lynx rufus) ressemble beaucoup au lynx du Canada. Ces deux espèces sont parfois confondues. Il existe des hybridations à l’état sauvage entre ces deux espèces, là où leurs aires de répartition sont communes.

On retrouve Lynx rufus du Canada au Mexique en passant par l’ensemble des États-Unis.

La peau du bobcat est la plus prisée. Dans les années 2000, il se vendait encore 30 000 peaux par an!

Last but not least, la légende raconte que la célèbre race de chats « pixie bob » résulterait de l’hybridation d’un lynx et d’un chat. Mais c’est une légende…

Voilà ce qu’on pouvait dire sur les 2 espèces du Nouveau Monde, voici maintenant les deux espèces de l’Ancien:

Le lynx pardelle

Photo: Frank Vassen

Le lynx pardelle ou lynx Ibérique (lynx pardinus) ne survit plus que dans quelques poches du sud de l’Espagne.

Les grandes glaciations du pléistocène avaient repoussé leurs ancêtres vers les péninsules, plus douces, comme l’expliquait Gilbert Cochet et Béatrice Kremer-Cochet dans les épisodes de BSG dédiés à leur beau livre L’Europe Réensauvagée. C’est ainsi que le lynx pardelle s’est différencié pour former une nouvelle espèce.

Ce grand chasseur de lapins était en voie critique d’extinction au début des années 2000. Mais au dernier recensement de 2020, l’espoir revient: de la petite centaine qui restait, il en aurait autour de 1000 aujourd’hui (80% en Espagne, 20% au Portugal), grâce à un programme de sauvegarde qui semble porter ses fruits).

Initialement, cet animal vagabondait sur toute la péninsule Ibérique et au sud de la France. La réduction de sa population est principalement due à l’extension de l’activité humaine, à la fragmentation des habitats et à l’intensification de l’agriculture, comme chez les autres espèces.

Les populations de lynx ibérique sont très fragmentées, notamment à cause des monocultures intensives (oliviers, fraises…). Le trafic routier est une autre menace importante, comme pour les autres espèces. Enfin, le lynx pardelle, comme les autres carnivores menacés de la péninsule ibérique (aigle ibérique, loup, vautour percnoptère) est régulièrement victime des appâts empoisonnés déposés à l’intention des renards et autres petits carnivores jugés nuisibles. C’est pourquoi, depuis 2014, le lynx ibérique est placé sur la liste rouge de l’UICN. Il est même considéré comme le félin le plus menacé du monde, bien davantage que ses trois autres cousins (le lynx roux, le lynx du canada et le lynx boréal).

Le lapin européen (oryctolagus cuniculus) représente la majorité de son alimentation, ce qui explique pourquoi l’épidémie de myxomatose de 1900 touchant les lapins a fortement affecté sa population.

Le lynx ibérique est l’emblème des centre anti-avortement en Espagne.

Malgré de nombreuses recherches, nous n’avons pas trouvé l’étymologie de « pardelle », ni de « pardinus ». Si quelqu’un sait, merci de nous envoyer un message!

Le Lynx boréal

Photo: Johan Hansson

Le lynx boréal ou Lynx d’Europe, (lynx lynx), était anciennement dénommé le Loup-cervier (en référence au cerf, qu’il ne chasse pourtant pas: trop gros pour lui). L’espèce est présente dans toute l’Eurasie, dont la France.

Le lynx boréal est le plus grand de la famille, presque deux fois plus gros que les autres espèces (de 9 à 35 kg).

Il en resterait autour de 150 en France, sur la façade Est, principalement dans le Jura (quelques uns dans les Vosges et dans les Alpes.

Le lynx a disparu de France au début du XXe siècle, mais il est réapparu à la suite de relâchés réussis en Suisse. En France, le lynx est menacé à parts égales par les accidents de la route, le braconnage et la chasse, bien qu’il soit protégé depuis 2009 et classé en danger.

Un Plan National d’Action (PNA) va s’étaler de 2022 à 2026, étrangement piloté par la FNC, la fédération Nationale de Chasse, et non pas par les Associations de Terrain comme le centre Athénas de Gilles Moyne, interviewé en 2021 dans Baleine sous Gravillon. C’est pourtant le cas pour le PNA loutre…

La population européenne la plus importante est située dans le Carpates où il en subsisterait près de 2500, d’où proviennent d’ailleurs certains transfuges vers l’Allemagne et le reste de l’Europe centrale. Les populations de Lynx boréal sont estimées à 10 000 individus, sans compter les populations russes et biélorusses.

En Europe, les populations sont divisées en dix sous-populations situées dans les Alpes, les Balkans, la Baltique, la Bohême-Bavière, les Carpates, les Alpes dinariques, le Jura, la Carélie, la Scandinavie et les Vosges-Palatinat.

Du fait de ses pieds très larges, le lynx boréal exerce une pression sur le sol trois fois plus faible que celle du chat sauvage (Felis silvestris). Par conséquent, le Lynx boréal s’enfonce moins dans la neige, comme s’il portait des raquettes, et marche furtivement.

Le Lynx boréal chasse en s’approchant au plus près de sa proie pour bondir dessus et l’étouffer par écrasement de la trachée. la capturer par surprise. Il est le seul lynx de la famille à s’attaquer à des ,herbivores comme le chevreuil ou le chamois. Le Lynx boréal n’est pas charognard.

Il peut s’attaquer au bétail, mais cette menace est considérée comme mineure en comparaison du Loup gris et de l’Ours brun. Les chiens patou font fuir les lynx et protège le bétail efficacement. Le Lynx boréal n’attaque jamais les humains, même lorsque ceux-ci approchent de ses petits.

L’expression « avoir des yeux de lynx » signifie avoir une très bonne vue. Elle provient d’une confusion avec « avoir des yeux de Lyncée », en référence à l’argonaute Lyncée, le pilote ou la vigie du bateau Argo, commandé par Jason dans sa quête de la Toison d’Or, dans la mythologie grecque. Lyncée était même capable de voir à travers les nuages! Il est donc devenu le parangon d’une vision extraordinaire.

Pour aller plus loin:

https://www.ferus.fr/lynx

https://www.athenas.fr/lynx-boreal-espece/

http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/plan-national-d-actions-en-faveur-du-lynx-boreal-a2513.html

http://www.lelynx.org/Chasse

https://ielc.libguides.com/sdzg/factsheets/bobcat/behavior

https://biodulynx.blogspot.com/2007/08/la-technique-de-chasse-du-lynx-est-trs.html

https://www.sciencedirect.com/topics/agricultural-and-biological-sciences/lynx-canadensis

https://www.discoverwildlife.com/animal-facts/facts-about-iberian-lynx/

https://www.manimalworld.net/pages/felins/lynx-pardelle.html

https://www.fs.fed.us/rm/pubs/rmrs_gtr030/rmrs_gtr030_373_396.pdf

https://www.researchgate.net/publication/294089149_Lynx_in_Slovenia_status_and_ecology

Laisser une Réponse