Cet incroyable escargot marin possède une armure de fer, et pourrait bien révolutionner notre rapport aux métaux.

L’escargot aux pieds écaillés (Crysomallon squamiferum pour les non-intimes) a été découvert récemment près des cheminées hydrothermales de Kairei dans l’océan indien. Il est le seul animal connu au monde à utiliser des sulfures de fer pour sa carapace.

Cette armure lui permet de vivre dans un habitat extrême, à plusieurs kilomètres de profondeur, sur des cheminées hydrothermales rejetant des substances toxiques ou corrosives pour la plupart des espèces, et une eau à 300°C.

Un modèle de biomimétisme

La compréhension du mécanisme par lequel le fer est métabolisé, concentré, cristallisé et reparti par l’organisme de l’escargot pourrait nous ouvrir une petite révolution dans le monde de l’industrie douce – par opposition à l’industrie thermique, qui utilise la chaleur des énergies fossiles pour opérer des changements d’état de la matière.

À ce stade, il reste compliqué d’imaginer des bioréacteurs simulant les organes de l’escargot et capables de transformer directement du minerai de fer en différents métaux purs. L’escargot ne fait pas cela, il convertit du fer dissous, déjà « biodisponible ». Mais de toute façon, l’intérêt principal n’est pas ici.

L’étude de ces animaux nous révèle un autre grand principe de biomimétisme , pour utiliser beaucoup plus efficacement le métal et le substituer. Avant de parler processus alternatifs de fabrication du métal, il faut parler sobriété et efficacité.

Sa coquille est constituée de trois couches : la couche externe, fine, constituée de sulfures de fer donc, une couche intermédiaire plus épaisse de chitine (famille des glucides) et une couche interne d’aragonite (forme de calcaire).

Des chercheurs du MIT ont déterminé que la combinaison spécifique de ces différents matériaux et leurs microstructures permettent une très grande résistance à la pénétration en dissipant l’énergie. Ce qui pourrait être intéressant pour les blindages, et coques en général.

La coquille de l’ormeau, à ce titre, est plus solide et plus légère que du blindage du char Leclerc, à épaisseur égale ! Elle n’est composée pourtant que de fines couches de calcaire empilées, à froid et sans émissions de carbone.

En biomimétisme, on cherche à économiser la matière utilisée grâce à des formes intelligentes, et ça change tout.

A peine découvert, déjà menacé

Seulement voilà. Les trois sites où l’on a trouvé ces escargots occupent une superficie totale de 0,01 km² – la place Saint-Pierre du Vatican. Et ces cheminées sous-marines sont riches en minéraux précieux qui attirent les compagnies minières.

L’escargot aux pieds écaillés fut ainsi la première espèce au monde à avoir été inscrite sur la liste des espèces menacées en raison de l’exploitation minière en eaux profondes.

Paradoxalement, mais nous n’en sommes pas à un près, une industrie pourrait détruire d’une pichenette la solution même à beaucoup de ses problématiques, et des nôtres en général.

Pour aller plus loin : The ‘scaly-foot gastropod’: a new genus and species of hydrothermal vent-endemic gastropod from the Indian Ocean

Laisser une Réponse