Photo: Iain Poole

Le mot « Balbuzard » nous vient de l’anglais bald buzard, le buzard chauve (ou blanc). Mais son nom anglais Osprey vient… du français « Orfraie »! qui dérive lui-même du latin Ossifraga, casseur d’os.

« Orfraie » est devenu Osprey en anglais, sans doute sous l’influence de prey, proie, ce qui n’étonne guère vu les extraordinaires qualités de pêcheur du Balbuzard, qui est aussi -improprement- appelé « Aigle pêcheur » (écouter les épisodes rapaces de BSG: http://bit.ly/rapaces_BSG)

Le mot « Balbuzard » a été popularisé par Buffon. En perpétuelle bisbille avec son contemporain Linné, Buffon reprochait à Linné deux erreurs: la première a trait au nom scientifique du Balbuzard.

Linné a en effet nommé le Balbuzard Pandion haliaetus, haliaetus signifiant « Aigle de mer ». Or le Balbuzard est d’une part bien distinct des aigles, et d’autre part ne vit pas en mer, mais en eau douce. Buffon a raison de relever cette erreur qui vient tout droit d’Aristote. 

Par ailleurs, voici la 2e erreur, étonnante de naïveté : Linné a expliqué que le Balbuzard avait la patte gauche palmée pour pouvoir nager pendant que la patte droite non palmée harponnait le poisson. Ce qui n’est évidemment pas le cas.

De la tête blanche aux fesses blanches…

Pygargue à tête blanche, Bald eagle, Haliaetus leucocephalus ©Alexandre Crouzet

En tout état de cause, le nom de genre du Balbuzard rend hommage au personnage de la mythologie grecque Pandion, roi légendaire d’Athènes qui fut changé en Aigle, et dont les enfants furent changés en Rossignol et en Hirondelle.

Son nom d’espèce, haliaetus, du grec ancien ἁλιαίετος / haliaíetos, est formé des termes grecs ἅλς / háls (« sel, mer ») et ἀετός / aetós (« aigle ») – c’est également le nom de genre latin des Pygargues (dont l’étymologie signifie “à fesses blanches”. La Pygargue à tête blanche est par ailleurs le célèbre emblème des États-Unis).

Le terme haliaetus, dû à Aristote, et perpétué par Linné, au grand dam de Buffon comme nous l’avons vu, semble d’ailleurs impropre puisque le Balbuzard est plutôt inféodé aux eaux douces, même s’il est installé à l’embouchure des fleuves en eaux saumâtres, voire salées dans le cas de la Corse. Son vieux nom français est d’ailleurs Balbuzard fluviatile.

Le début de son nom français Balbuzard, proviendrait de l’anglais bald (« chauve, marqué de blanc »). Cette origine fait référence au contraste visuel entre le dessus de sa tête, bien blanc, et son bandeau noir sur l’œil.

Buzard provient de la racine qui a formé les noms Buse, puis Busard (les Busards étant un temps appelés « sous-buses »), en référence au fait que la Buse est un oiseau bruyant, comme le Balbuzard.

Effraie des clochers, Tyto alba, ©Jean van der Meulen

Pendant ce temps, en France, Orfraie qui désignait, à l’origine l’Effraie des clochers (Tito alba, la “chuinteuse blanche”) est progressivement devenue Effraie sous l’influence de d’effrayer, une dérive courante dans les langues, poétiquement qualifiée de “contamination”.

Un mot rare ou inconnu est remplacé par un mot qui lui ressemble, beaucoup plus connu.

Et c’est ainsi qu’est née l’“Effraie des clochers”, comme le raconte Pierre Avenas dans l’épisode “Effraie” de Nomen.

Pour les passionnés d’étymologie:

L’émission Nomen se base sur 4 livres écrits par Pierre Avenas et Henriette Walter, deux prodigieux linguistes. Pierre Avenas est le co-animateur régulier des émissions et Henriette nous a fait l’honneur de participer à quelques épisodes. Ce podcast doit tout à Henriette et à Pierre.

Sources (éditions Robert Laffont):

  • L’Étonnante Histoire des noms des mammifères: De la Musaraigne étrusque à la Baleine bleue, 2003-réédition à jour 2018.
  • La Mystérieuse Histoire du nom des oiseaux : Du minuscule Roitelet à l’Albatros géant, Robert Laffont, 2007.
  • La Fabuleuse Histoire du nom des poissons : Du tout petit Poisson-clown au très grand Requin blanc, 2011.
  • La Majestueuse Histoire du nom des arbres : Du modeste Noisetier au Séquoia géant, 2017.

Un Commentaire

Laisser une Réponse