Shark finning – Définition

Chaque année, plus de 100 millions de requins sont massacrés dans les mers et océans du monde entier. Pas vraiment pour leur viande (bien qu’un peu quand même), mais surtout pour leurs ailerons. Le shark finning consiste donc à pêcher un requin pour récupérer ses ailerons. Les requins sont alors pêchés la plupart du temps vivants, les ailerons sont découpés, et le reste du corps de l’animal est rejeté à l’eau. Il meurt ainsi asphyxié. En effet, les requins (pour la plupart des espèces) ne peuvent respirer que si ils sont en mouvement. Un courant d’eau est créé lorsqu’ils nagent qui permet d’irriguer leurs branchies. Certaines espèces de requins se servent du courant marin pour respirer et rester au fond sans bouger (les requins côtiers plus particulièrement).

Shark finning, pourquoi tuer tous ces requins?

Shark finning - Requin

La réponse a cette question est hélas évidente… Pour l’argent. 1 Kg d’ailerons de requins serait vendu jusqu’à 350 euros. Le shark finning a surtout lieu dans les pays du tiers monde. Depuis le 6 juin 2013, le shark finning est totalement interdit dans l’Union Européenne, alors que dès 2003 des dispositions avaient été prises, mais l’Espagne et le Portugal délivraient des dérogations spéciales à leurs pêcheurs. Reste qu’il n’est pas interdit de pêcher le requin pour ses ailerons. Le requin doit être récupéré en entier et ne doit pas être rejeté à l’eau. Au final, le résultat reste la même: les stocks de requins se réduisent drastiquement.

Que fait-on des ailerons issus du shark finning?

Les ailerons servent surtout à faire de la soupe… La Chine est frillante de ces soupes d’ailerons de requins qui n’a aucune valeur nutritionnelle. A vrai dire, la soupe de d’ailerons de requins est considérée comme un plat prestigieux, vendu entre 50 et 400 dollars le bol.

Le développement de la Chine dans les années 80 et 90 a augmenté le demande d’ailerons de requins. Ce qui n’était jusqu’alors qu’une pêche artisanale s’est transformée en massacre industriel. D’autant plus qu’il est ancré dans certaines cultures asiatiques, et particulièrement en Chine, que l’aileron de requin a des vertues médicinales (alors qu’absolument pas).

Conséquences et dangers du shark finning

La principale conséquence de ce massacre organisé, c’est la raréfaction des requins. De plus en plus d’espèces sont en voie d’extinction. Le principal danger est de déséquilibrer les écosystèmes marins. Si un stock de sardines (par exemple) est facilement renouvelable (même si la pêche intensive n’y aide pas), parce que les sardines pondent des milliers d’oeufs, ce n’est pas le cas des requins qui ont une maturité sexuelle tardive (environ 15 ans selon les espèces), et qui n’ont qu’un petit par an… La conséquence de la pêche intensive des requins, c’est qu’ils consomment moins leurs proies de prédilection. Si leurs proies se développent davantage, ces dernières vont consommer encore plus leurs propres proies. On note par exemple que les poulpes qui sont consommés par nombre de requins sont de plus en plus nombreux dans les eaux de Tasmanie, ce qui a pour conséquence de vider les eaux des langoustes qui y sont de plus en plus rares. (Source)

Cette réaction en chaîne arrivera bientôt jusqu’à nous. Non pas parce qu’on ne pourra plus manger de langoustes, mais parce qu’un dérèglement des océans aurait des fâcheuses incidences sur notre climat.

L’inconscience de l’industrie du shark finning met en danger l’humanité. Non seulement les océans sont de plus en plus acides à cause de nos dégagements gazeux tels que le CO2, mais en plus, nous vidons les océans du principal prédateur. Dans quel état seront nos oécans et nos mers dans 10 ans? Dans 20 ans?

Source de l’image: http://www.theguardian.com/environment/2014/feb/05/us-retreats-shark-fin-ban)

Leave a Comment