Les tortues d’Hawaï victimes de la pollution des mers.

L’Université de Duke a récemment publié une étude* démontrant l’impact de la pollution sur les tortues de mer vivant près d’Hawaï. En effet, ces dernières sont fortement touchées par des tumeurs qui leurs sont fatales.

La pollution favorise l’apparition des tumeurs

C’est la pollution des eaux de ruisselement issues des villes et des terres agricoles qui contaminent les algues dont se nourrissent les tortues de mer. La conséquence est désastreuse sur ces dernières qui souffrent de plus en plus de tumeurs apparaissant autour des yeux, sur les nageoires, les organses internes et leurs carapaces.

Les chercheurs de l’Université de Duke, l’Université d’Hawaii et de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) ont mené cette étude pour mieux comprendre les causes de ces tumeurs, principales responsables des décès chez les tortues.

Une tortue de mer remplie de tumeurs.

Tout se passe dans l’alimentation des tortues. En effet, les algues stoquent l’excès d’azote issu des eaux de ruisselement. Dans ces algues, il a été trouvé en très forte quantité un acide aminé appelé arginine. Les scientifiques ont ainsi mesuré des niveaux inhabituellement élevés d’arginine à la fois dans les algues situées dans les eaux fortement polluées mais aussi dans les tumeurs des tortues malades. Inversement, les niveaux d’arginine dans les algues des eaux moins polluées ont été relativement faibles (de même que dans les tissus sans tumeurs).

Il a alors été constaté qu’une espèce d’algue rouge non indigène, hypnea musciformis, avait des niveaux particulièrement élevés d’arginine par rapport à d’autres espèces échantillonnées. Hypnea est invasive et se développe dans les eaux riches en azote dûes à la pollution des eaux de ruisselement. Cette algue se développant avec plus de succès que les espèces indigènes, elle représente parfois jusqu’à 90% de l’alimentation des tortues! La conséquence est sans appel: le taux d’arginine est 14 fois plus élevé dans leurs systèmes qu’il ne le devrait si elles mangeaient des algues indigènes dans des eaux moins polluées.

Pire encore, l’algue invasive est faible en calories par rapport aux autres algues. Les tortues doivent en manger deux fois plus pour obtenir la même quantité de calories qu’elles avaleraient avec les algues indigènes!

A vrai dire, l’arginine, en faible quantité n’est pas dangereuse. Mais cet acide aminé en quantité importante joue le rôle de catalyseur dans le cas de ces tumeurs. Sans cet apport, pas de maladie.

Quel avenir pour les tortues de mer?

Maintenant qu’on connaît la cause de ces maladies, il convient bien entendu d’intervenir. Traiter le problème à la source semble être la meilleure des solutions. En réduisant la pollution des eaux de ruisselement, les océans et les mers seraient elles-aussi moins polluées, et les totues pourraient consommer des algues de meilleures qualités.

Pourtant, la pollution des mers et des océans par les eaux de ruissellement est un problème connu depuis fort longtemps. Hélas, rien n’est fait pour en réduire les effets. Les tortues de mer hawaïennes risquent donc encore de souffrir longtemps de ces tumeurs.

A noter que l’arginine n’est qu’une molécule parmi d’autre trouvées dans les tumeurs des tortues. Des acides aminés communs aux cancers humains ont été trouvés à forte concentration dans les tumeurs des tortues, telles que la proline et la glycine. Il n’a pas été encore déterminé d’où provenaient ces molécules.

*Source (en anglais): http://nicholas.duke.edu/news/pollution-linked-lethal-sea-turtle-tumors

Leave a Comment