Accident nucléaire de Fukushima – C’était il y a 4 ans

Le 11 mars 2011, la centrale nucléaire de Fukushima (Japon) connaissait une catastrophe sans précédent. Lors d’un violent tremblement de terre, une suite d’erreurs humaines et structurelles ont conduit aux fusions totales des cœurs de deux réacteurs nucléaires auxquelles ont suivi d’importants rejets radioactifs.

Le niveau de la catastrophe nucléaire (et environnementale bien entendu) a été classé au niveau 7, le niveau le plus élevé de l’échelle internationale des événements nucléaires, c’est à dire au même niveau que la catastrophe de Tchernobyl en 1986.

L’impacte environnementale reste aujourd’hui difficile à analyser. On sait que la vie marine a été fortement touchée par la radioactivité, mais les observations et les conclusions à tirer restent complexes. Sur une même zone, certaines espèces ont par exemple des taux de radioactivité très différentes.

Ken Buesseler, chimiste à l’Institut océanographique de Woods Hole (Massachusetts), explique que 40% des espèces marines autour de Fukushima ont des niveaux en césium 134 et 137 supérieurs à la normale.

Dans un article du 18 mars2013 (1), Arnaud Vaulerin met en évidence les origines de cette pollution:

L’origine de cette pollution peut être multiple : les sédiments marins ont stocké le césium et contaminé la chaîne alimentaire, les rivières et les pluies torrentielles ont également contribué à drainer vers l’océan des quantités considérables de radionucléides. Enfin, Tepco [la société en charge de la centrale nucléaire] a admis avoir rejeté à la mer de vastes quantités d’eau radioactive entre mars et mai 2011.

Buesseler va même plus loin en expliquant qu’une source continue de contamination s’écoulait dans les eaux océaniques à cette époque.

Les conséquences sont effrayantes sur l’environnement, non seulement aux abords de la centrale, contaminant les côtes japonaises, mais aussi pour le reste de la planète.

Les scientifiques de l’Institut océanographique de Woods Hole ont ainsi annoncé que pour la première fois, il avait été détecté la présence de petites quantités de radioactivité (dûes à l’accident de Fukushima) dans un échantillon d’eau de mer en Colombie-Britannique (Canada). Des traces de césium 134 et 137, ont ainsi été découvertes, mais non dangereuses pour la vie marine ou la santé des êtres humains. (2)

Il n’en reste pas moins que cet accident nucléaire va laisser des traces dans tous les océans de la planète, et il sera difficile d’évaluer les conséquences écologiques de la vie marine, car il ne faut pas oublier que les premières victimes sont les écosystèmes qui sont pollués par la radioactivité et qui risquent d’être longtemps impactés par cette pollution.

Si vous voulez mieux comprendre l’impacte de cette catastraphoe nucléaire sur l’environnement marin, je vous invite à regarder la vidéo ci-dessous où Ken Buesseler réalise une conférence passionnante sur le sujet (vidéo sous-titrée en français).

Sources:

Leave a Comment